ACTUALITÉS
Mardi 28 Mars 2017
SIGNATURE POUR LA DEUXIÈME PHASE DES TRAVAUX DU DOMAINE CHAVAT

Le 28 mars s'est déroulée à la mairie la signature du marché de travaux à l'occasion du lancement de la deuxième phase des travaux du Domaine Chavat. Celle-ci comprend trois tranches annuelles (2017, 2018, 2019) avec un volet paysager et un volet statuaire.

La partie paysagère revient à Jardins de Guyenne, pour un montant hors taxes de 35 150 euros. Le lot pour le statuaire est divisé en deux : la partie maçonnerie et pierre de taille revient aux Compagnons de Saint-Jacques pour un montant de 118 047,80 € hors taxes, et la partie sculpture, à la Socra pour un montant de 46 410 euros. Ce projet est porté par la municipalité avec la participation financière de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), du Conseil régional et du Conseil départemental.

 

 

Les travaux sont divisés en trois tranches. La tranche A, en 2017, portera sur les équipements techniques et les réseaux. Des plantations complémentaires pour densifier certains bosquets seront également réalisées, ainsi que la restauration des cheminements de l'allée des platanes, la réparation de la sculpture "Apollon" et d'un des chiens, gardien de l'entrée, puis restauration du rocaillage et du bassin du groupe statuaire "Les âges de la vie". La tranche B, en 2018, portera sur le cheminement du château et du parterre central, le mobilier (bancs et corbeilles) et la restauration des colonnes et des vases de l'Exèdre, ainsi que la restauration de la statue " l'Aurore ", le buste de Lucien Vérus, les bustes des "Saisons" ainsi que les bustes de François Thévenot. Enfin la tranche C, en 2019, s'intéressera au cheminement du parcours d'eau, de la pose de bancs et corbeilles, la restauration de la sculpture d'Aphrodite de Capoue et la remise en eau du bassin du groupe "Les âges de la vie".

 

 


Le conseiller municipal délégué au Patrimoine, Jean-Marc Depuydt, s'est félicité de cette signature. "Il est important de signaler la participation financière de la DRAC, du Conseil Régional, du Conseil Départemental, sans qui la municipalité seule ne pourrait porter un projet de cette envergure."

"Je sais que le résultat sera au rendez-vous" a conclu le maire Bernard Mateille. "L'important étant de revenir à l'état originel de notre parc, redonnant ainsi aux Podensacais la vision de ce qu'ils ont pu connaître quand ils étaient plus jeunes."