ACTUALITÉS
Lundi 11 Avril 2016
LILLET : UNE NOUVELLE CONVENTION POUR LE REJET DE LEURS EFFLUENTS DANS LE RÉSEAU D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF DE LA COMMUNE

Mardi dernier était signée aux établissements Lillet la convention pour le rejet des effluents (traités) dans le réseau public.

Lillet avait une autorisation de rejet de leurs effluents dans le réseau d'assainissement collectif de la commune au travers d'une convention signée au moment de la vente par l'ancien propriétaire, qui avait réalisé en interne une station de traitement pour rendre conformes les eaux usées des établissements.

L'autorisation de rejet dans le réseau d'assainissement datait de plus de cinq ans. Il a donc fallu, au travers d'une convention quadripartite entre la maison Lillet, le Syndicat des Deux-Rives, la SAUR et la commune de Podensac, ratifier un nouvel accord tenant compte des nouvelles normes, des travaux effectués, et des nouvelles installations de traitement des rejets en interne.

La nouvelle convention a été signée par les différents représentants, rassemblés dans les salons de la maison Lillet, autour d'Alexandre Defrance directeur, et de Cécile Bernhard, responsable du site : Bernard Mateille, maire de Podensac, Serge Roumazeilles, président du Syndicat des Deux-Rives, Mme Remaut, chef de secteur Sud-Gironde de la SAUR, et Laurent Pataud, directeur du centre Atlantique. L'entreprise Paetzold, conceptrice du système de traitement, était présente pour attester la mise en conformité selon des normes très précises du système.

De gauche à droite : Alexandre Defrance, directeur de Lillet ; Serge Roumazeilles président du SIAEP des deux Rives ; Bernard Mateille, maire de Podensac et Laurent Pataud, directeur de la SAUR.

 

 

"Nous avons la chance d'avoir une marque qui grandit dans le groupe" a tenu à préciser Alexandre Defrance. "Ce que l'on défend c'est l'héritage, avec ce côté terroir et podensacais, et cela passe aussi par un respect de l'environnement, pour nous c'est important."

Cette cérémonie s'est terminée par la visite des nouvelles installations permettant une production locale : "Je tiens à ce que, de la fabrication jusqu'à l'embouteillage, tout soit réalisé sur place. Nous y arrivons." a ajouté Alexandre Defrance, très attentif à protéger le site de Podensac.