ACTUALITÉS
Mercredi 15 Janvier 2014
LE NOUVEAU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D'ADDUCTION D'EAU POTABLE DES DEUX RIVES DE GARONNE

Le syndicat intercommunal de Podensac-Virelade a élargi le 1er janvier son périmètre à Cadillac et Cérons. La nouvelle entité, le Syndicat intercommunal de l'assainissement et eaux potables des Deux Rives de Garonne, a son siège à Podensac, et la collecte des fonds se fait toujours par la perception de Podensac. Les quatre communes concernées regroupent 9 000 habitants.
Le 15 janvier le conseil syndical au grand complet s'est réuni autour du président Serge Roumazeilles, conseiller municipal de Podensac. Il s'est prononcé sur le nombre de vice-présidents qui passe à trois et a procédé à leur élection. Pour une représentativité partagée de chaque commune, en plus de Guy Ducasse, adjoint au maire de Virelade occupant déjà les fonctions, Cérons sera représentée par Corinne Bourchaix et Cadillac par Jean-Pierre Bironneau.


Au 1er rang : Corinne Bourchaix (vice-présidente, Cérons) ; Serge Roumazeilles (président) ; Guy Ducasse (vice-président, Virelade) ; et Jean-Pierre Bironneau (vice-président, Cadillac).


En 2011, le préfet de Gironde a lancé le projet de regroupement des communautés de communes et de certains syndicats, tel celui des eaux et de l'assainissement. Une proposition avait été faite au syndicat de Podensac-Virelade afin qu'il se regroupe avec Budos, Landiras, Illats, Pujols, Louchats, Guillos et Origne. Certains auraient adhéré pour l'eau, d'autres pour l'assainissement, chacune avec des fermiers différents, entraînant une complexité administrative confinant pour certains à la cacophonie.
Le Syndicat des eaux de Podensac-Virelade, par l'intermédiaire de son président Serge Roumazeille, a fait une contre proposition après avoir pris l'avis de ses futurs partenaires. Après accord du préfet, l'association entre les syndicats de Cadillac, Cérons et Podensac-Virelade a donc été décidée. Le nouveau Syndicat intercommunal d'adduction d'eau potable des deux rives de Garonne était né.




Article Sud-Ouest du 20 janvier 2014 :

Cliquer pour agrandir