ACTUALITÉS
Mardi 03 Mars 2015
LE CORBUSIER EST MORT IL Y A CINQUANTE ANS

 

L'architecte Charles-Édouard Jeanneret, plus connu sous le nom de Le Corbusier, est mort il y a cinquante ans. « Sud Ouest Le Mag » est parti le 21 février sur ses traces dans la région. De la célèbre cité Frugès à Pessac au... château d'eau de Podensac ! Lequel sera sans doute sous la lumière durant cette année anniversaire.

Rappelons que ce premier bâtiment réalisé en France par Le Corbusier est aujourd'hui classé Monument Historique. La photo utilisée (en pleine page s'il vous plaît) date un peu puisque le grand château d'eau en usage a été repeint il y a quelques années.

 

 

Voici les 3 extraits de ce dossier qui parlent de Podensac :

Coincé entre le stade municipal et un lotissement, le bâtiment ne paye pas de mine. Le béton s'effrite, des coulées noirâtres maculent sa façade, certaines vitres sont brisées. Et, comble d'ironie, il est dominé de toute sa hauteur par un château d'eau modèle standard, de ceux que l'on produisait à la chaîne sans souci d'esthétique dans les années 1960. Pourtant, ce petit château d'eau est un marqueur historique : il est le premier bâtiment réalisé en France par Le Corbusier, architecte dont les théories devaient impressionner son époque et révolutionner la façon de construire du XXe siècle. Lorsqu'il débarque à Podensac pour cette première commande en 1917, Le Corbusier n'est encore que Charles-Édouard Jeanneret, fils de bonne famille suisse, inconnu de tous mais déjà pétri de certitudes et gonflé d'ambition.(...)

Le château d’eau de Podensac est désaffecté dès les années 1940 et commence alors à pourrir lentement, tout le monde en ignorant l’origine. Jusqu’à ce qu’en 1983, deux architectes hollandais à vélo demandent où se trouve le bâtiment qu’ils ont repéré dans les archives de la Fondation Le Corbusier. Émoi général. Des architectes locaux sont bien obligés de reconnaître que, tout comme on a, à Bordeaux, la première œuvre d’Eiffel, on a, à Podensac, la première œuvre française de l’architecte le plus célèbre du siècle. Ce qui n’empêchera pas la municipalité d’alors de vouloir la faire démolir. Le château d’eau Le Corbusier sera sauvé, notamment par l’intervention du Groupe des Cinq</strong>, association de cinq architectes bordelais réunis autour de Jean de Giacinto. Ils font inscrire le bâtiment au Monuments historiques avant d’entreprendre la réfection de ce qui est le plus urgent, le plus dégradé. Mais si les projets ne manquent pas, pour en faire notamment une «résidence d’architectes» comme il y a des résidences d’artistes, ce sont les fonds qui font défaut. (...)

Le voilà à Podensac, pour un projet plus technique qu'architectural mais qu'il arrange à sa sauce. Loin de se contenter d'une tour simplement couronnée d'une cuve, il a l'idée d'insérer, entre le fût et la cuve, une «garçonnière», pièce ronde ajourée de huit portes-fenêtres vitrées. Il s'agit de profiter de la vue sur le parc Chavat, créé par François Thévenot, qui a besoin de ce château d'eau pour alimenter les fontaines de ce magnifique espace ponctué d'une impressionnante statuaire. Bien sûr, c'est une œuvre de jeunesse, on ne lui demande pas de faire preuve de génie. Mais on y trouve, hormis l'allure néoclassique qui ne sera plus répétée, quelques éléments qui reviendront au cours de sa carrière : les ouvertures panoramiques, l'habitation en hauteur (forcément…) et un toit-terrasse qui deviendra une marotte. Sitôt fait, sitôt oublié. Jeanneret repart à Paris, où il fonde la revue « L'Esprit nouveau » dont le retentissement international l'incitera à garder le pseudonyme sous lequel il y signe : Le Corbusier."

*****

PDF 2,45 Mo ► http://www.podensac.fr/upload/revue-presse/2015-02-21-so-mag-sur-les-traces-de-le-corbusier-br.pdf

Et pour les curieux... les photos de Philippe Latrémolière